Temple de Pashupatinath - Lumbini

Kathmandu – Patan – Bhaktapur

Après 17h de bus (16h-9h) pendant lesquelles on a…pas beaucoup dormi, mangé des pop corns en regardant des clips indiens les uns plus kitch que les autres, volume au max (on vous prépare une choré histoire que vous ayez une idée du truc ), essayé de suivre un film indien non sous titré au scénario complètement loufoque, dîné en mode express dans une gargote lugubre pensant que la maison régalait, en fait non, c’était immonde et…pas gratuit 😉 bref, c’est bien reposé et frais que l’on arrive au petit matin à Kathmandu par de belles routes bétonnées et de grandes artères dignes de l’époque Hausmanienne…ou pas. Le bus est chahuté de toute part ! On est happy de poser enfin pieds à terre.

Kathmandou, ses 3-4 millions d’habitants, une croissance exponentielle en raison de l’exode rural n’a visiblement pas les infrastructures nécessaires pour absorber cela. Elle semble plus propre que les villes indiennes, moins embouteillée, moins bruyante, un gigantesque amas de fils électriques se répand dans le paysage urbain, c’est très poussiéreux et des Népalais portent le masque antipollution…

Katmandu et l'electricité

Dans les années 60, c’était la destination phare des hippies ! mais que sont-ils devenus ? Pour le moment on en a croisé aucun. Ou vieux, ils ont troqué guitares, van et cheveux longs pour chaussures de rando, bâtons et cartes topographiques sous le bras…Car quand on se ballade dans Thamel, qui est LE quartier des touristes, ils sont plus nombreux que les autochtones. Ce quartier n’a rien en commun avec le reste de la ville mais pour l’européen en manque de repères il fera largement l’affaire pour une halte pré/post trek. Magasins de sport, boutiques touristiques, agences de voyages, boulangeries et même des supermarchés ! Tout le confort du mode de vie à l’occidental. Plaisant un temps mais nous en viendrions presque à regretter le tumulte de l’Inde…allez savoir pourquoi…Une constante néanmoins de l’époque hippie : ´Need some hash ? Hey you smoke ?´ les vendeurs à la sauvette tentent d’écouler les stocks…

Kathmandou dashain festival

Niveau hébergement, on a booké 3 nuits un peu en dehors du centre ville dans une homestay (Kathmandu Home Stay & Hostel) tenue par une famille très sympathique, ambiance rigolade et décontractée comme on aime. La vitrine de Whisky dans le salon annonce la couleur 😉 le fiston qui joue de la batterie a une copine catho, du coup il en profite pour savoir si les catho en Europe ont des traditions similaires, quant à la maman, elle bosse ! Elle prépare les petit dej, les chambres, fait le ménage, un peu de ciment de temps en temps, c’est elle qui tient la culotte et quand elle hausse le ton, ça moufte plus ! Tous les matins, les guest prennent le petit dej dans le salon, on y a rencontré une belle famille danoise avec 4 jeunes enfants qui s’est offert 6 mois de voyage en asie (Thaïlande, Cambodge, Vietnam, Malaisie, Népal, Inde) on est admiratifs. On avait aussi une cuisine à disposition, ça n’a l’air de rien dit comme ça mais après 3 semaines loin de no frigos ça tombait à pic ! Et Linda en a profité pour faire…des paaaaaaaatttttesssss 😉

Les premiers contacts avec les Népalais sont très encourageants. On découvre une toute autre culture, sereine, souriante, généreuse, honnête, on se fond dans la masse aisément et notre pouvoir de superstar a disparu 😉 C’est plaisant. Cela dit qu’on ne s’y trompe pas, on se racle toujours la gorge en public avant de cracher allègrement sur un bout de trottoir, l’eau reste un bien précieux, les petits cafards s’invitent dans notre chambre et les aboiements de chiens accompagnent notre sommeil 😉

Kathmandou couple dans la ville

Contrairement à l’Inde, les Népalais sont totalement décomplexés avec l’alcool et le tabac. Les nombreuses et larges vitrines de vitriol ayant pignon sur rues ne se comptent plus. On a pu déguster notre première bière en terrasse. l’Arna et la Nepal Ice sont parfaites pour un apéro. On trouve Vin, Whisky, Vodka, Gin, alcool de pommes mais pas de Calva !! Quelle Hérésie !

Les hommes sont aussi très friands de jeux de cartes dans la rue. De temps en temps quelques roupies sont en jeu. J’aimerai bien leur proposer une partie de poker et Linda leur monter un site de paris en ligne 😉

Nous sommes en période de fête nationale qui dure 15 jours. Happy Dassain ! Offrandes aux divinités, chants, musiques, cerfs volant depuis les toits, vêtements de circonstances, des animaux ont été sacrifiés devant les temples car des traces de sang sont encore visibles. Le Durbar Square est noir de monde et les femmes ont sortis le saari rouge. Le séisme de 2015 a eu raison de certains temples mais la ferveur est bien là et les reconstructions en cours. Le stupa de Swayambunath ou encore le temple de Pashupatinath méritent indéniablement que l’on s’y attarde un peu. Les artistes newares ont transmis un patrimoine architectural d’une incroyable beauté !

Stupa de swayambunath

Qui dit période de fête, dit vacances et dit administration fermée, nous tentons malgré tout notre chance pour faire la tim’s card au Nepal Tourism Board qui est le sésame d’entrée pour trekker dans l’Annapurna. Sans ça, vous risquez de vous faire courser par un agent furieux, on va éviter…Donc on se pointe prêts à sortir les 10000 roupies nécessaires, un agent en train de jouer aux cartes avec 2 copains nous fait comprendre qu’on le dérange et nous dit de revenir le lendemain car c’est le festival en ce moment…okay ! Lendemain matin 10h tapante : ´hello we want to do the tim’s card’. Sorry it is close today. D’abord l’incompréhension, ensuite on décharge un peu notre mauvaise humeur sur la personne qui n’y est pour rien mais ça soulage. Le joueur de carte de la veille a toute notre gratitude et nos bons sentiments… Inutile de se formaliser après tout.

A une petite heure de marche au sud de Kathmandou, la ville de Patan regorge de temples à l’architecture neware. C’est rendu encore plus beau avec le festival de Dashain et les cérémonies, une ballade que l’on recommande pour la journée.

Patan

Et enfin Bhaktapur, l’ex capitale impériale et ses temples du Durbar Square plutôt bien conservés, le reste de la ville lui a bien souffert du séisme. Il y règne un air de campagne, les femmes sont occupées à sécher le riz et les hommes à …jouer aux cartes, comme d’habitude 😉

Temple à bhaktapur

La journée se termine par un apéro depuis le rooftop de notre guest house, vue magnifique sur toits et monts, de quoi clôturer parfaitement ce chapitre avant de partir sac sur le dos pour 3 jours de treks dans la vallée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *