Panitanki - Kakarbhitta

Dharamasala – la ville tibétaine

Ville au nord ouest du pays, Dharamsala a été notre deriere étape indienne.

Arriver à Dharamsala

On a testé le bus du gouvernement hrtc qui part du secteur 43 à 15h30 et arrive à 22h à Dharamsala. Quelle bonne surprise ! Très propre, on vous fournit une bouteille d’eau, des couvertures, la totale 😉 On arrive pile à l’heure et à cette heure pour rejoindre Mcleod Ganj situé à 10km sur les hauteurs, on a pas d’autres choix que de prendre un taxi à 300 roupies.

La ville s’étend en effet entre 1200m et 1800m d’altitude et le Green Hôtel se situe tout en haut. La ville est presque endormie hormis les quelques chiens habituels qui aboient et personne pour nous accueillir, clairement ça sent pas bon et la nuit à la belle étoile 😉 Je toque à une chambre encore allumée, un tibétain ouvre la porte et un coup de téléphone plus tard Jimmy le manager nous rejoint. Sauvés ! La chambre a une belle vue sur la vallée et les montagnes environnantes qui culminent à plus de 4000m, le petit dej à base de cappuccino, tarte oreo et tsampa est un régal. Il y a comme un air de paradis pour cette fin de voyage en Inde. 

Sauf qu’ici, l’ambiance n’est plus vraiment indienne mais plutôt tibétaine depuis que le 14 ème Dalaï-lama Tenzin Gyatso s’y est exilé comme 9000 autres tibétains en 1959 à cause de la persécution politique et religieuse  chinoise.

L’ambiance de cette ville est vraiment à part. Les visages sont tibétains, beaucoup de moines dans les rues, dont des femmes ayant aussi le crâne rasé. Des temples et des écoles ont été construits par les tibétains reconnaissants de l’accueil que leur a offert l’Inde. On voit parfois écrit sur les murs de la ville ´Thank you India´…

Pas mal de constructions sont aussi à l’abandon, ce qui restera un mystère pour nous et les étroites ruelles où se melent motos, voitures et piétons sont bordées d’échoppes proposant de l’artisanat local, bijoux, statues et laine de yak…les restaurants et hôtels ne manquent pas, de quoi satisfaire l’appétit touristique grandissant de la ville.

Randonnée à Dharamsala

Dans les environs, j’ai embarqué Linda pour une ´petite randonnée‘ de 16 km dont 1100m de D+ où le point culminant Triund est à 2800m et offre une vue imprenable sur la ville, la vallée et les sommets. 4h30 de montée sans âme qui vive où Linda râle un peu 😉 Une magnifique pause chai au sommet et on enchaîne avec 3h de descente pendant lesquelles montaient des files entières de jeunes indiens venus pour le week end et dormir au sommet où quelques tentes sont installées. C’est rudimentaire et froid la nuit mais le ciel étoilé paraît-il est de toute beauté.

Dharamsala triund trek

La visite du temple à côté de la résidence du Dalaï-lama nous a bercé de spiritualité et d’ondes positives mais toute cette béatitude a été balayée par la visite du musée du Tibet, le genre d’endroit qui vous prend aux tripes et dont l’écho est encore plus fort lorsque l’on réalise que la tragédie est encore d’actualité.

En 1951, les troupes chinoises ont envahi le Tibet alors grand comme 2/3 de l’Inde. S’en suit une dramatique répression de la culture tibétaine qui disparaît chaque jour un peu plus et ça continue. De nombreuses immolations ont eu lieu ces dix derniers années pour protester contre l’occupation chinoise. De notre côté, le sentiment d’impuissance, de tristesse et de colère est énorme car c’est une injustice qui se déroule aux yeux du monde entier dans la quasi indifférence totale. Des ONG tentent malgré tout de leur venir en aide.

FREE TIBET ! 

Dharamsala FREE Tibet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *